Select Page

Immersion totale dans le débarquement à Arromanches

Immersion totale dans le débarquement à Arromanches

Dans la commune d’Arromanches dans le Calvados depuis deux ans des efforts considérables ont été réalisés en matière d’usage du numérique au service de la médiation historique afin de mieux faire conscience aux nombreux visiteurs la mesure de cette scène de bataille cruciale du débarquement des alliés à partir du 6 juin 1944. Les acteurs locaux avec le soutien de compétences techniques et artistiques de haut niveau ont joué la carte de l’immersion du visiteur dans les 100 premiers jours du débarquement via un nouveau film à grand spectacle au cœur du cinéma circulaire et une application en Réalité Augmentée montrant la rade artificielle construite par les alliés et dont il ne reste que quelques vestiges au large.

Intérieur du cinéma circulaire

Intérieur du cinéma circulaire

Le Cinéma circulaire d’Arromanches dans le Calvados diffusait jusqu’en 2013 depuis plus de vingt ans le film « Le Prix de la Liberté ». Ce lieu de médiation historique autour débarquement de juin 1944 méritait donc bien un petit rafraichissement. C’est chose faite depuis le printemps 2013 avec un nouveau film baptisé « Les 100 jours de Normandie » financé par la Région Basse-Normandie. D’une durée de 19 minutes, il raconte sur les 9 écrans Haute Définition du cinéma circulaire sans dialogue ni voix off l’histoire de cette bataille qui a permis de libérer rapidement la France en épuisant l’armée allemande jusqu’à son écrasement à la poche de Falaise.

Le parti pris scénaristique de ce film est clairement de créer une émotion chez le spectateur quelle que soit sa nationalité en nous immergeant au maximum dans la vie quotidienne des militaires de toutes les nations alliées qui ont participé au débarquement. Pour ce faire, les responsables du Mémorial de Caen, pilotes du projet n’ont pas hésité à faire appel à Louis Vaudeville et à ses deux complices Isabelle Clarke et Daniel Costelle qui avaient déjà conçus les séries TV événements « Apocalypses » consacrées aux deux grandes Guerres ayant obtenues en leur temps des succès d’audience colossaux sur France 2. Là encore, les producteurs de « Les 100 jours de Normandie » ont eu les moyens de réunir des archives provenant de tous horizons, y compris des archives de l’armée allemande.

Des cartes animées ponctuent les séquences d'archives

Des cartes animées ponctuent les séquences d’archives

Ainsi, servi par une musique prenante de bout et grâce à quelques pauses pédagogiques à l’aide de cartographies animées montrant la progression des troupes alliées le spectateur est tenu en haleine par une production d’une très bonne tenue. Le travail du réalisateur et monteur franco-américain Frédéric Lumière est à saluer, car il parvient tout au long des 19 minutes de ce film à alterner les images sur un écran, puis deux ou plus, de sorte que se crée chez le spectateur à la fois des points d’intérêts multiples tout autour de lui, tout en pouvant plonger pleinement parfois, quand la qualité d’un document d’archive le permet, dans une expérience immersive impressionnante.

La bande son mixée par Thibault Chaumont avec l’aide du Sound designer Gilbert Courtois est quant à elle hollywoodienne, en mariant avec subtilité le bruit assourdissant des canons et des bombardements, les voix célèbres ou moins célèbres et une musique digne des films à grands spectacle, mais sans trop d’emphase pour autant. Il est bon de saluer aussi à cette occasion, la qualité de l’équipement sonore de la salle renouvelé à cette occasion par la société SLJ Installation Audio Système qui parvient à distiller une bonne présence sonore homogène partout dans ce cylindre cinématographique.

Réalité augmentée animée pour renforcer le réalisme de la reconstitution

Arromanches1

Développée par Biplan et 44 Screens, l’application en réalité augmentée Arromanches 1944 conduit l’utilisateur au coeur du port artificiel construit lors du débarquement © 44 Screens

Site majeur de la Bataille de Normandie, Arromanches a accueilli dès le 14 juin, soit une semaine après le débarquement des premiers soldats alliés, un port artificiel pour acheminer le matériel nécessaire au combat terrestre. Afin de faire revivre ce bel exemple du génie logistique militaire de la Seconde Guerre mondiale, dont il ne reste que quelques épaves éparses en mer, les collectivités locales ont confié à l’agence Biplan et sa société sœur 44 screens (spin off issue d’un essaimage de Biplan qui s’est spécialisée dans les applications mobiles basées sur la Réalité Augmentée), le soin de réaliser une application pour Smartphone et tablettes iOS et Android.

Les premiers pas avec cette application peuvent s’avérer un peu laborieux, car si l’appli ne pèse que 42 Mo, il vous sera sans doute nécessaire de trouver une borne wifi dans un lieu public d’Arromanches et de faire de la place sur son smartphones pour l’installer…

Le menu d'accueil de l'application

Le menu d’accueil de l’application

Une fois cette étape franchie, les 4 ou 5 thématiques proposées sont claires et permettent d’accéder directement à des informations courtes textes et photos. Une première application 3D interactive réside aussi dans un vol au-dessus d’une reconstitution en images de synthèse du port artificiel d’Arromanches en 1944. A noter que ces éléments 3D peuvent être visionnés avant la visite, tandis que la partie Réalité Augmentée ne s’active qu’une fois sur place à Arromanches. Autant l’effet whaou de la partie Réalité Augmentée est saisissant, autant nous n’avons pas été convaincu par l’ergonomie du « Fly over game » dans le décor purement virtuel, dont la navigation est trop rapide, mal-aisée, aléatoire et ne permet pas du coup de bénéficier des efforts pédagogiques de l’éditeur pour placer des points d’intérêts à quelques endroits de ce mapping 3D.

En revanche, une fois que nous nous sommes positionné sur l’un des 4 ou 5 points d’intérêts géolocalisés sur la carte de l’appli proposant de la Réalité Augmentée, dès que l’on place l’image virtuelle affichée sur son écran de smartphone en exacte correspondance avec la ligne d’horizon de l’Océan, la magie opère et on se croit vraiment au milieu du port artificiel d’Arromanches en 1944. Le réalisme est d’autant plus présent que quelques animations comme le mouvement des engins sur les barges ont été placés dans les scènes, afin de renforecer l’illusion. Pas de doute au vu de cette appli, la Réalité Augmentée avec une petite touche d’animation en plus a de l’avenir.

En coulisse, il faut noter que cette application mobile très réussie, qui a réuni autour d’elle un comité scientifique issu du musée de la libération d’Arromanches, du Centre Juno Beach et du Mémorial de la paix de Caen a mobilisé jusqu’à 25 personnes lors de sa conception et s’est vu décernée la plus haute distinction internationale par l’Organisation Mondiale du Tourisme avec le Prix Ulysse de l’Innovation Touristique.

Arromanches 1944 : augmented reality from biplan on Vimeo.

Print Friendly, PDF & Email

About The Author

Marc Bourhis

IstoryLab est un site de partage d'informations que je suis amené à récolter dans le cadre de mon activité consacrée à l'innovation numérique dans les domaines de la préservation et de la valorisation des patrimoines, de la médiation culturelle sur le web ou sous forme d'applications mobiles, in situ dans les musées ou les lieux touristiques ... Ces informations vous permettrons, je l'espère, de décrypter les nouveaux scénarii d'usage des innovations numériques.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Istorylab Conseil

Istorymap

Actus sur Twitter

Ma Page Facebook