Select Page

Colloque à la BNF autour d’Europeana Sounds un demi-million d’archives sonores à portée de clic

Colloque à la BNF autour d’Europeana Sounds un demi-million d’archives sonores à portée de clic
BNF1

A gauche Lionel Michaux, conservateur au service des documents sonores anciens de la BNF et à sa droite Axelle Bergeret-Cassagne, coordinatrice de la communication d’Europeana Sounds

Le 2 octobre prochain, la Bibliothèque Nationale de France accueillera un colloque réunissant le gotha des experts européens en matière de valorisation des archives sonores (le programme du colloque Europeana Sounds) lors duquel sera fait un point d’étape des différentes thématiques abordées par l’ambitieux projet Europeana Sounds dont la BNF fait partie. L’occasion pour nous de faire un bilan à mi-parcours de ce projet avec deux de ces protagonistes français : Lionel Michaux, conservateur des documents sonores anciens de la BNF et Axelle Bergeret-Cassagne, coordinatrice de la communication de Europeana Sounds.

Au prime abord Europeana Sounds impressionne par ses chiffres : un demi-million d’enregistrements sonores à mettre en ligne d’ici janvier 2017 sachant que le projet a débuté en février 2014, des milliers de contenus associés images, notes d’enregistrement, partitions…  une douzaine de pays européens participants via  7 bibliothèques nationales, 5 centres d’archives et de recherche, 3 universités, 4 organisations à but non lucratif et 3 entreprises assurant une partie des prestations techniques, le tout piloté par la British Library. Et, enfin des moyens financiers à la hauteur pour créer cette nouvelle “source” digitale (6,14 millions d’euros, dont 4,91 millions émanant de la Commission). Pas de doute, on est en présence d’un des plus ambitieux projet de valorisation d’archives en ligne de ces dernières années.

Poster-LIBER-2014-Europeana-Sounds-moins-ptt-336x700Mais, pourquoi valoriser des sons ?

En fait, l’idée de pousser aussi loin les moyens pour valoriser en ligne des documents sonores est née d’un constat simple, comme l’explique Axelle Bergeret-Cassagne, coordinatrice de la communication d’Europeana Sounds : “Au sein de la base de données Europeana lancée en 2008, les documents sonores ne représentaient que 1,5 % des documents à disposition du public et pourtant en proportion ils étaient consultés dix fois plus que le reste des archives”. Ce constat, ajouté au fait que les documents sonores sont un continent encore souvent méconnues du grand public, il n’en fallait pas plus pour soutenir l’idée d’un tel projet. Europeana Sounds est organisé en sept groupes de travail thématiques concentrés sur : l’agrégation des contenus, le crowdsourcing (l’enrichissement et la participation des internautes), les recommandations pour les licences d’utilisation, le développement de chaînes de consultation thématiques, les infrastructures techniques nécessaires au partage des bases de données, la promotion et la mise en réseau au sein et hors du projet et bien entendu la gestion du projet et la durabilité de l’initiative. Au sein de cette organisation, la BNF est plus spécialement chargée de piloter la communication autour du projet, la partie technique liée à l’agrégation des données, la partie juridique autour du “crowdsourcing” et bien sûr de verser son quota d’archives sonores dans la base européenne.

Chaque partenaire européen verse les archives sonores qu’il souhaite

“L’intelligence d’Europeana Sounds, souligne Lionel Michaux, responsable de la conservation des documents sonores anciens à la BNF, réside dans le fait d’avoir permis au cœur de ce lourd dispositif à chacune des organisations patrimoniales partenaires de rester libre de numériser les contenus qu’elle désire, tandis que des activités transverses au projet sont gérées par l’ensemble des participants via des groupes de travail se réunissant très régulièrement”. Ainsi, sur l’ensemble du “vieux” continent les musiques traditionnelles tiennent une place de choix au sein de cette base de données. La BNF met de son côté à la disposition d’Europeana Sounds 4000 heures d’enregistrements piochées dans les archives déjà présentes sur Gallica, tandis que seront numérisés 1000 heures supplémentaires. Les documents choisis par la BNF sont également liés aux traditions populaires ayant une valeur quasi-ethnographique sur des période comme la Guerre 14-18 ou la période coloniale. Il y a aussi des contes et récits enregistrés par les archives de la parole dont la BNF est légataire et des fonds musicaux baroques enregistrés dans les années 30 et 40. Au sein de cette masse d’archives sonores anonymes, les documents émanant de personnalités célèbres restent rares, à quelques exceptions près comme le seul enregistrement de la voix de Guillaume Apollinaire, un cours du philosophe Gilles Deleuze ou la voix du Capitaine Louis Dreyfus.

A noter que pour chacun de ces documents sonores, la BNF réalisera une restauration sur la base d’une copie numérique droite, dont elle garde également un exemplaire. Au terme du projet Europeana Sounds, ce sont ainsi près d’un demi-million de notices d’archives et de liens vers celles-ci qui seront proposés au grand public… un pan entier de la civilisation européenne à transmettre.

Print Friendly, PDF & Email

About The Author

Marc Bourhis

IstoryLab est un site de partage d’informations que je suis amené à récolter dans le cadre de mon activité consacrée à l’innovation numérique dans les domaines de la préservation et de la valorisation des patrimoines, de la médiation culturelle sur le web ou sous forme d’applications mobiles, in situ dans les musées ou les lieux touristiques … Ces informations vous permettrons, je l’espère, de décrypter les nouveaux scénarii d’usage des innovations numériques.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'inscription est simple et rapide. Remplissez le formulaire ci-dessous et votre compte sera immédiatement créé.

Informations du compte

Informations sur le Profil

Name (obligatoire)

Ce champ peut être vu par : Tous Modifier

Qui peut voir ce champ ?
Fermer

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site

Membres

Membres récemment actifs

Marc Bourhis

Groupes discussions

http://istorylab.com/groupes/

Istorylab Conseil

Actus sur Twitter

Ma Page Facebook

Aller à la barre d’outils