Select Page

Mission Océans : l’Aquarium 2.0 selon 2d3D Animations

Mission Océans : l’Aquarium 2.0 selon 2d3D Animations

Société basée à Angoulême, le studio 2d3D Animations a initié une production novatrice qualifiée Edutainment dont les premières réalisations sortiront pour la COP 21, Conférence des Nations unies sur les changements climatiques de Paris à la fin de l’année.

2d3D Animations fait partie des studios historiques du Pôle Image Magelis d’Angoulême. Producteur pour le long métrage, la série, la société élargit encore un peu plus son éventail d’activité avec la production Edutainment « Mission Océans : Aquarium 2.0 » qui intègre des jeux vidéo, un site web, des eCards et, à terme, une série d’animation.

Constat, évidence, rencontre

L’idée de départ vient d’un constat, d’une évidence et d’une rencontre. Le constat est suffisamment diffusé en boucle sur tous les médias pour qu’il ne soit pas nécessaire de s’y attarder : le monde aquatique souffre des dérèglements climatiques, de la pollution et de la surpêche. La question corollaire : comment y remédier ?

L’évidence est bien évidemment de toucher en premier lieu les nouvelles générations via un prisme commun qui est l’aquarium. « Nous avons mis en place un business plan sur 57 aquariums (les plus importants) de plus de 200 000 entrées annuelles et il existe plus de 350 établissements sur le globe », résume Florent Mounier, cofondateur de 2d3D Animations. « Rien qu’en France, ce sont pas moins de 6,5 millions de visiteurs qui se renouvellent à 80% chaque année ! » La réponse est ici : s’adresser via les aquariums à leurs clients.

Enfin, il s’agit d’une rencontre : celle avec Jacques Perrin, réalisateur et producteur mondialement connu (Galatée Films) pour ses films documentaires à haute valeur ajoutée pédagogique – « Le peuple migrateur » et « Océans » notamment.

En phase avec les nouveaux usages des visiteurs

Le temps de la balade linéaire dans les aquariums de salle en salle est révolu ; celui d’une progression interactive, connecté lui succède. « L’idée est de développer une gamme de produits de réseau et d’échange à la fois in situ et hors de l’aquarium », explique Florent Mounier. Autrement dit, c’est autant l’avant et l’après visite que cette dernière en elle-même qui compte. Avant de se lancer dans l’aventure, le studio angoumoisin s’est assuré le concours de partenaires à la valeur scientifique irréprochable : l’Aquarium de la Rochelle (Charente-Maritime), Mercator Ocean (centre français d’analyses et de prévisions océaniques basé près de Toulouse) avec le soutien d’Imag in Space.

En ciblant la famille – avec des volets plus adulte et d’autres plus enfants – « Mission Océans » intègre toute une gamme de produits ludo-éducatifs. Via le site www.mission-oceans.com, on peut parfaitement l’appréhender. Il s’agit tout d’abord de eCard sous forme d’application pour smartphone et tablette. Sur le principe de la chasse aux trésors, il s’agit de trouver un certain nombre de QRCode répartis dans l’aquarium, chacun d’entre eux permettant de télécharger des animaux en 3D et, au final, de gagner une vidéo mystère que l’on peut partager via les réseaux sociaux.  Testé à l’Aquarium de la Rochelle, l’eCard est totalement transparent pour l’établissement qui n’a qu’à apposer des stickers QRCode où il le souhaite : « hormis une présentation dans le hall de cette expérience muséographique, c’est totalement transparent pour l’aquarium mais cela nous permet de construire la communauté qui doit préalablement télécharger l’application gratuite », précise le producteur.

De l’eCard à l’eGames

Outre l’eCard, « Mission Océans : Aquarium 2.0 » propose des eGoodies – réveil, plateau de jeu, thermomètre, etc. – ayant un impact écologique réduit utilisant au maximum  le recyclage de plastiques récupérés dans les océans et prioritairement des produits de recyclages.

Mais c’est bel et bien le jeu, l’eGames, qui va représenter la clé de voûte du dispositif transmédia. « Il s’agit d’un jeu de stratégie (NDLR : pour tablettes et smartphones) avec une dimension sociale et un lien avec le monde réel », explique Damien Chaveau, responsable conception des mécanismes du jeu. « La terre est découpée en 19 zones dans lesquelles le joueur devra accomplir des missions. Les actions individuelles ou collectives des joueurs permettront à la communauté de participer à la protection des océans. » Des vidéos, issues des rushes du long métrage « Océans » de Jacques Perrin ou d’autres sources, ainsi que des photos et des modèles 3D représentent les gains des joueurs qui peuvent ainsi constituer leur Aquatek, somme de toutes leurs connaissances récoltées… et partageables sur les réseaux sociaux.

Capture d'écran du jeu eGames

Capture d’écran du jeu eGames

Sans être particulièrement complexe, ce jeu n’est pas à la portée des plus petits ; c’est pourquoi 2d3D Animations propose habilement des mini-jeux au design frais et au gameplay très orienté « kids » comme « By Catch » où les joueurs doivent sauver des poissons ou tortues pris dans les filets des pêches sans aucune distinction des espèces et qui sont non désirés et rejetées.

Ces mini-jeux feront l’objet d’une adaptation multijoueurs (jusqu’à 8 joueurs) au sein de l’Aquarium de la Rochelle, via une table interactive DreamTonic à la disposition du public. Le modèle économique est encore en cours d’élaboration, mais reposera soit sur une vente, une location, ou un paiement à l’acte directement de la part du visiteur.

Une série en développement

Dernier aspect de cette production pas comme les autres, une série d’animation est actuellement en développement pour la télévision et le second écran. Avec un public cible de 6/8 ans, la série d’un format de 52×11’ alternera images réelles et de synthèse lorsque les héros sont sous l’eau, et full 3D à la surface.

A noter que l’un des héros est dans un fauteuil roulant qu’il abandonne dès qu’il plonge dans les océans ; il devient alors totalement valide et son handicap disparaît.

Un lancement pour la COP21

La stratégie marketing de 2d3D Animations est de monter en puissance autour des différents éléments du dispositif avec la sortie officielle du jeu fin novembre, en même temps que la COP 21 à Paris. « Pour cela, nous allons créer une page Facebook pour bâtir la communauté, fournir des informations et faire grimper l’audience », résume Malika Brahmi, cofondatrice du studio et productrice de « Mission Océans ». Le site Web est déjà en ligne donnant une vision d’ensemble de la stratégie du studio.

« Au regard des bons échos que nous avons obtenus à la Rochelle, et avec la sortie prochaine du jeu vidéo, nous espérons pouvoir séduire les aquariums du monde entier et, par conséquent, leurs visiteurs pour les sensibiliser et les faire agir ».

Print Friendly, PDF & Email

About The Author

Trackbacks/Pingbacks

  1. Mission Océans | Thomas JEAN-LOUIS - […] Mission Océans : l’Aquarium 2.0 selon 2d3D Animations […]

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'inscription est simple et rapide. Remplissez le formulaire ci-dessous et votre compte sera immédiatement créé.

Informations du compte

Informations sur le Profil

Name (obligatoire)

Ce champ peut être vu par : Tous Modifier

Qui peut voir ce champ ?
Fermer

Qui est en ligne ?

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site

Membres

Membres récemment actifs

Marc Bourhis

Groupes discussions

http://istorylab.com/groupes/

Istorylab Conseil

Actus sur Twitter

Ma Page Facebook

Aller à la barre d’outils