Select Page

Sunny Side of the Doc : la tentation de la VR

Sunny Side of the Doc : la tentation de la VR

Rarement une nouvelle technologie numérique a suscité autant de curiosité et d’engouement au sein du marché du documentaire de La Rochelle, aussi bien de la part des organisateurs qui avaient fait le nécessaire pour inviter la fine fleur des pionniers de la Réalité Virtuelle à l’espace Encan de la Rochelle que des professionnels du documentaire présents qui n’ont pas manqué de se pencher sur ce nouveau média immersif au travers de démonstrations et de curiosité vis à vis des projets émergents liés à de nouveaux projets documentaires.

Le Sunny Side of the doc avait en particulier noué un partenariat avec un tout nouveau festival World VR Forum consacré à la Réalité Virtuelle dont l’ambition internationale se partage entre la Suisse, pays d’origine de ses créateurs et Crans Montana aux Etats-Unis où aura lieu en mai 2017 la prochaine édition de ce forum mondial des films tournés en vidéos 360 et Réalité virtuelle. Ainsi, donc au sein d’un espace VR Lab, particulièrement bien géré par le personnel du salon, il était possible de goûter une large palette de films en VR avec plus de 20 programmes VR. Ce VR Lab a fait « salle immersive comble » avec plus de 1000 visiteurs, signe qu’au-delà de l’effet de mode, la réalité virtuelle tend à devenir de plus en plus concrète dans les projets et dans les stratégies de développement des diffuseurs.

Parmi les films que les professionnels du documentaires pouvaient voir ou revoir, il fallait compter avec les films d’Okio Studio, mais aussi avec les magnifiques productions 360 en relief de la société québécoise Felix & Paul Studios, qui, concernant “Le Cirque du soleil” ou “Nomads” fait figure de référence aujourd’hui par la qualité technique et esthétique de sa mise en scène 360.

Ce Sunny side était l’occasion également de découvrir des films documentaire ambitieux en avant première comme le voyage dans l’oeuvre de Jérome Bosh “La tentation  selon Saint Antoine” réalisé par Carlos Franklin écrit par Thomas Cheysson produit par Sophie Goupil (Les Poissons Volants) coproduit par Arte France, RMN Grand Palais, Réseau Canopé, IRCAM. Ce film explore la folie créatrice de Jérôme Bosch, il transforme son triptyque en un espace virtuel animé qui nous fait vivre une expérience totalement inédite de plongée dans une des œuvres majeures de cet incontestable génie du Moyen Age.

Le film est produit en VR stéréoscopique avec une bande son spatialisée binaurale. Il positionne un tableau et l’exploration de celui-ci dans une nouvelle dimension d’écriture et de narration sur l’art. Nous donnons la sensation physique d’être au cœur du tableau et, même, au milieu de sa création. Grâce à l’environnement 360°, permettant une immersion totale dans l’œuvre, le réalisateur transporte le spectateur dans l’univers mental du peintre. La limite n’est plus la surface du tableau mais l’architecture et la profondeur qui a présidé à sa conception. Le film est conçu autour d’une narration que la comédienne Clémentine Célarié incarne pour accompagner le spectateur dans la découverte de la toile et l’entraîner dans des digressions hors de la toile. La caméra se déplace, guide le spectateur à travers les détails, l’entraîne hors du tableau et l’y ramène. Ce film est le premier d’une collection que nous développons et qui nous transportera dans les œuvres de Velázquez, Véronèse, Rembrandt, Vermeer ou Goya.

ChineDe même, lors d’une des sessions consacrées à la Réalité  virtuelle, Cédric Monnier, co-fondateur de FlameFy pu montrer une application mobile développée pour la Cité Impériale en Chine utilisable à partir de simples Cardboard qui montre l’ensemble des salles de la Cité interdite sous forme de représentation 3D. La particularité de cette application est de servir au visiteurs du musée qui, comme pour de grands musées mondiaux, comme le Louvre, n’ont pas le temps de visiter l’ensemble des pièces de l’édifice lors d’une seule visite. Ainsi, avant ou après la visite de la Cité impériale, le visiteur peut se transformer en spectateur et déambuler dans les pièces de cet édifice qui s’étend sur 72 hectares grâce à cette expérience virtuelle (http://www.dpm.org.cn/vr/tour.html)

artofcorner

Frédéric PURGAL Co-founder ArtofCorner VR

Le Sunny Side of the Doc 2016 fut enfin l’occasion de donner des petits coups de pousse à des start-ups dans le domaine de l’image 360 comme Art of Corner studio qui montrait son premier prototype de visite virtuelle à 360 au sein du musée de Montmartre sur la base d’un dispositif immersif complet du type HTC Vive. Contrairement aux films 360 montrés par ailleurs sur le salon, l’immersion est ici non linéaire et totalement interactive. On y progresse par téléportation d’une zone à l’autre du décor virtuel formé par les toiles de maîtres émanant de ce musée (ou émanant d’autres musées à termes). Cette approche, très immersive et ludique, propose une expérience qui mérite d’être affinée, mais dont la vertu est de s’écarter nettement d’une écriture documentaire traditionnelle pour se rapprocher d’une application ludo-éducative… une approche de la VR que les producteurs de documentaires ne négligeront sans doute pas en complément de leur production.

Print Friendly, PDF & Email

About The Author

Marc Bourhis

IstoryLab est un site de partage d’informations que je suis amené à récolter dans le cadre de mon activité consacrée à l’innovation numérique dans les domaines de la préservation et de la valorisation des patrimoines, de la médiation culturelle sur le web ou sous forme d’applications mobiles, in situ dans les musées ou les lieux touristiques … Ces informations vous permettrons, je l’espère, de décrypter les nouveaux scénarii d’usage des innovations numériques.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller à la barre d’outils